Menu
Croix Bleue - Blue Cross1-888-822-5383
Lumière sur des mythes courants à propos de l’entraînement

Lumière sur des mythes courants à propos de l’entraînement

Se mettre en forme est un objectif que partagent beaucoup d’entre nous. Toutefois, savoir quoi manger, comment s’entraîner et quels conseils suivre en matière d’entraînement peut poser un défi. Un nombre incalculable de mythes et d’idées fausses circulent sur l’entraînement, et Internet facilite la diffusion de faussetés.

Pour vous aider à mieux comprendre ce que vous devez faire pour améliorer votre condition physique, voici 10 mythes courants dont vous avez peut-être entendu parler.

  1. Mythe : l’exercice peut compenser les mauvaises habitudes alimentaires.
    Réalité : on dit que les muscles abdominaux se forment dans la cuisine, et non au centre de conditionnement physique. Peu importe son intensité, votre entraînement ne compensera jamais une mauvaise alimentation. « Vous ne pourrez éliminer les conséquences d’une mauvaise alimentation par l’exercice, explique Maik Wiedenbach dans le magazine Forbes. Vous devez surveiller ce que vous mangez. Votre apparence repose sur votre alimentation dans une proportion d’environ 80 %. » Il est important de connaître avec justesse votre apport et vos dépenses caloriques. Ce sont les facteurs réels à prendre en compte pour vous fixer des objectifs de perte de poids.
  2. Mythe : si vous êtes actif, vous pouvez manger tout ce que vous voulez.
    Réalité : l’atteinte de vos objectifs d’entraînement repose tout autant sur votre alimentation et ce que vous mangez que sur le temps et les efforts que vous consacrez à votre programme d’exercices.
  3. Mythe : manger moins vous aidera à perdre du poids.
    Réalité : à la grande surprise de nombreuses personnes, manger moins n’accélère pas la perte de poids. Les gens pensent parfois qu’ils perdront du poids s’ils ne mangent pas beaucoup. « Un grand nombre de gens consomment moins de calories que leurs besoins métaboliques de base et manquent d’énergie pour alimenter leur organisme. Un tel comportement peut entraîner des carences nutritionnelles, de la fatigue, de mauvais résultats d’entraînement et des perturbations du sommeil, et tous ces problèmes peuvent interrompre la perte de gras. Voici une bonne règle à suivre : consommez des aliments de grande qualité qui comblent vos besoins personnels. Il est très difficile de grossir en mangeant des légumes et des protéines de qualité. Ne vous contentez pas de bouger plus et de manger moins; concentrez-vous sur l’amélioration de votre santé et de votre condition physique et vous perdrez du poids », explique Jean-Claude Vacassin dans le Telegraph.
  4. Mythe : les glucides doivent être évités à tout prix.
    Réalité : les glucides NE SONT PAS néfastes. Ils sont indispensables pour vous apporter l’énergie dont vous avez besoin pour terminer la journée et réussir un entraînement. C’est plutôt le choix des glucides qui peut poser problème. Par exemple, la pizza et les beignes ne sont pas de bonnes sources d’énergie. Privilégiez les aliments riches en glucides complexes comme le riz brun, les grains entiers et les légumineuses.
  5. Mythe : les femmes doivent s’entraîner différemment des hommes.
    Réalité : tous les exercices s’adressent autant aux hommes qu’aux femmes. Il n’existe pas d’exercices réservés aux hommes ni d’exercices que les femmes devraient éviter. Par ailleurs, il est faux de dire que les femmes devraient utiliser des poids plus légers et cumuler davantage de répétitions. Le poids que vous utilisez et le nombre de répétitions que vous faites pendant un exercice doivent dépendre de vos objectifs d’entraînement.
  6. Mythe : la musculation donne aux femmes une apparence massive.
    Réalité : il s’agit de l’un des mythes les plus courants de nos jours et de l’une des principales raisons pour lesquelles les femmes ont tendance à s’en tenir aux appareils d’exercices cardiorespiratoires. La musculation ne vous donnera pas une apparence massive et vous ne vous réveillerez pas avec les muscles de Hulk si vous décidez de soulever quelques poids et haltères.
  7. Mythe : les exercices abdominaux vous donneront des muscles abdominaux saillants.
    Réalité : contrairement à la croyance populaire, les exercices abdominaux ne feront pas apparaître des muscles en tablette de chocolat sur votre ventre. Oui, ils contribueront à tonifier votre ventre, mais d’autres exercices du corps comme les flexions des jambes, les soulevés avec barre et les tractions auront le même effet. Pour avoir des abdominaux, vous devez réduire votre pourcentage de gras corporel.
  8. Mythe : vous pouvez perdre du gras à un endroit précis en le ciblant au moyen d’exercices.
    Réalité : malheureusement, vous ne pouvez pas perdre du gras sur une partie du corps en particulier. Votre corps brûle les graisses dans l’ensemble, vous perdrez donc du gras proportionnellement. Vous pourrez assurément obtenir de meilleurs résultats sur une région en y consacrant des efforts, mais pas perdre du gras sur une partie ciblée de votre corps.
  9. Mythe : il faut s’entraîner aussi souvent que possible.
    Réalité : c’est faux, alors si vous croyez qu’un programme d’entraînement de sept jours par semaine vous donnera une longueur d’avance, accordez-vous une pause. Votre corps a besoin de temps pour se reposer et récupérer après un entraînement vigoureux. Si vous en demandez trop à votre corps sans lui permettre de récupérer correctement, vous pourriez augmenter vos risques de blessure.
  10. Mythe : les exercices cardiovasculaires sont les meilleurs pour perdre du poids.
    Réalité : oui, les exercices cardiovasculaires contribueront à la perte de gras, mais ils ne doivent pas être privilégiés au détriment de la musculation, qui contribue à renforcer les os. La meilleure approche consiste à suivre un programme d’exercices cardiovasculaires et musculaires. Le secret est l’entraînement à forte intensité.

En adoptant une attitude réaliste à propos de votre programme d’entraînement, vous aurez plus de chances d’atteindre vos objectifs. Pour de meilleurs résultats, consultez un entraîneur personnel ou un professionnel de la santé.